L'été dernier, suite à une décision de la UNE (syndicat de professeurs qui nous prêtait le local), La Casa de la Juventud a dû déménager! Après un peu plus d'un mois de réparations en tous genres (peinture, électricté, parquet...), notre nouveau local était prêt à être utilisé! Depuis le 1er septembre, nous avons repris les activités principales de la Casa : soutien scolaire, tricot, cinéma, cours de langues, jeux, activités manuelles et prêt de livres. Nous prêtons également ce local à des jeunes qui souhaitent se réunir pour des travaux divers. Notre nouveau local se trouve juste à côté du parc central de Saraguro. De nombreux enfants du quartier qui ne connaissaient pas la casa viennent régulièrement. Cet emplacement nous a permis de gagner en visibilité.

Micro-projet : Nous avons formé le projet de développer une bibliothèque-ludothèque au sein de la maison de jeunes. Un soutien local sera nécessaire pour lancer ce projet et acquérir le fond de livres et de jeux nécessaire ainsi que le mobilier de base.

A l’occasion de la Journée Mondiale de la Jeunesse, différentes organisations de jeunes de Saraguro ont proposé un jour de fête à l’ensemble des jeunes du canton. Ainsi, la Casa de la Juventud Mashi Pierre et MIEspacio Juvenil, antenne locale du Ministère de la Jeunesse, se sont joints au Mouvement de jeunes indigènes Wampra, qui organise l’événement chaque année.

La journée a débuté par une marche des jeunes dans la ville de Saraguro et un rituel de passation introduisant le nouveau président de Wampra. Chaque organisation présente, ainsi que la municipalité, a ensuite été invitée à présenter ses actions.

clip_image002.jpg

Pour les 150 participant-e-s, ce fût l’heure de s’affronter dans le cadre de trois concours : dessin, toupie, et danse ! Puis, la soirée venue, quatre groupes de musique locaux se sont produits en direct sur la place centrale de Saraguro, au plus grand plaisir de tous.
Pour les membres de la Casa de la Juventud Mashi Pierre, jeunes et volontaires, « ce fût une très bonne journée, et la participation en témoigne. Un seul regret cependant, la majorité des jeunes présents étaient indigènes et ne représentaient pas la diversité des jeunes de Saraguro. »

La Casa de la Juventud espère fédérer plus de jeunes autour de cette journée l’an prochain !

A bientôt. Clémence depuis Saraguro et Hubert depuis la France